Récolte de serviettes et tampons hygiéniques pour femmes en situation de grande précarité


Lieux de dépôt

· le 6/03 :

Dans le hall du cinéma Sauvenière · de 18h30 à 20h
Dans le cadre de la projection d’ « Une Femme d’exception » à l’occasion de la Journée Internationale des Droits des Femmes. En savoir plus

· dès le 11/03 :

Réseau Volontaires Solidaris
Avenue Maurice Destenay, 3 à 4000 Liège · Mardi : 10h – 13h · Jeudi : 14h – 17h

Petit Grand Bazar
En Neuvice, 32 à 4000 Liège · Mercredi & samedi : de 10h à 18h · Dimanche : 10h – 15h

Solidaris · Agence Douffet (EN MARS UNIQUEMENT) Rue Douffet, 36 à 4020 Liège · Du lundi au jeudi : de 8h30 à 17h · Vendredi : 8h30 – 16h

Une question ? Un besoin ? Contactez Véronique Fagan via volontaires.liege@solidaris.be


Règles : brisons le tabou!

Chaque mois, deux milliards de femmes à travers le monde ont leurs règles. Un phénomène tout à fait banal, donc. Pourtant, les menstruations continuent de susciter crainte, gêne et incompréhension, ici comme ailleurs.


Europe, Afrique ou Asie, chacune ses règles !

En Belgique ou en France, et plus généralement en Occident, à de rares exceptions près, les règles restent taboues. Considérées comme sales, voire dégoutantes, elles sont l’objet de blagues souvent méprisantes et le sujet reste peu abordé en publicUn récent sondage américain montre ainsi que plus d’une femme sur deux se sent honteuse pendant ses menstruations, et que la moitié d’entre elles a déjà subi des moqueries ou commentaires dégradants à ce sujet de la part d’hommes ou de membres de leur famille.

En savoir plus


Le cycle menstruel, comment ça marche ?

Les règles, aussi appelées menstruations, apparaissent à la puberté. Il s’agit d’un phénomène naturel et propre aux femmes*.

Afin de comprendre ce que sont les règles, expliquons ce qu’est le cycle menstruel. Ce cycle est un processus préparant le corps féminin à accueillir une grossesse. Il est régulé par des hormones sécrétées par une glande du cerveau, l’hypophyse, elle-même sous l’influence d’une autre glande appelée hypothalamus. Le cycle débute au premier jour des règles et se termine au premier jour des règles suivantes. Sa durée n’est pas régulière chez toutes les femmes, mais il s’étale généralement sur une période allant de 21 à 35 jours. Le médecin français Martin Winckler avance : « le rythme « normal » de 28 jours est une légende : un tiers seulement des femmes en bonne santé ont un cycle d’à peu près 28 jours. La majorité a un cycle plus court, plus long ou… irrégulier ».

*Certaines femmes n’ont pas leurs règles et il n’y a pas que les femmes qui peuvent avoir leurs règles (les personnes intersexes ou transgenre par exemple peuvent être réglées). La thématique des menstruations va au-delà de la binarité. 

En savoir plus


Osons parler des règles : le tabou des règles, un moyen efficace de contrôler le corps des femmes

Pourquoi baissons-nous la voix pour demander une serviette « hygiénique » ? Pourquoi le sang menstruel est-il bleu dans les publicités ? Ou bien pourquoi utilisons-nous des expressions telles que « les Russes ont débarqué », « être indisposée », ou encore « avoir ses ours » pour parler de nos règles ? Ces exemples illustrent le malaise individuel et sociétal à l’égard des menstruations. Celles-ci ne doivent pas être montrées, détectées, discutées. Dire « j’ai mes choses » est une formule vague qui rend les règles informes… abstraites. En évitant d’en donner une image mentale concrète, on les désincarne de leur substance. Ne pas les nommer, c’est nier leur existence. En un mot, les règles sont « taboues ». Cette analyse propose une exploration du tabou entourant les règles, depuis les fondements jusqu’aux conséquences néfastes de cette « loi du silence ».

En savoir plus


Femmes Plurielles : dossier « ragnagnas »

Dans cette édition de notre Femmes Plurielles, nous vous invitons à voyager avec nous dans une contrée sauvage et encore peu explorée : le « Pays des Règles ». Accrochez-vous ! Parce que sa carte recèle de nombreux recoins (soigneusement) cachés, parce qu’il ne s’agit pas que d’un terrain d’ordre privé et que ses tracés sont aussi politiques. Parce que les règles constituent un élément du puzzle qui touche à la condition des femmes dans la société, il nous semble important de nous arrêter un moment afin d’explorer les différentes facettes de ce phénomène d’abord physiologique, mais qui étend ses ramifications sociales et culturelles dans nos culottes à toutes. Qu’on les vive de manière douloureuse ou non (heureusement, ça arrive aussi !), qu’on en parle plus ou moins librement, qu’on y associe des souvenirs cuisants ou plus agréables, cette période ne nous laisse dans tous les cas pas indifférentes. Tour du monde et analyse historique, liens avec la santé et douleur en passant par les règles dans l’art, on vous emmène avec nous pour un petit tour au Pays des Règles. Le pays où le sang est parfois bleu et où les femmes ne sont pas toujours reines…

En savoir plus


Ces livres qui parlent de règles

Femmes Plurielles vous a concocté une petite sélection de lectures sur le thème ! A Liège, ces livrs sont pour la plupart en prêt à la bibliothèque Chiroux et en vente ou commandables à la librairie Entre-Temps.

En savoir plus


Précarité menstruelle

Autre problème : le prix des serviettes et tampons trop élevé pour une partie de la population qui n’y accède que difficilement. De nombreuses associations militent pour en réclamer la gratuité.

Selon Amnesty, plus de 500 millions de femmes n’ont pas accès à des produits hygiéniques pour faire face à leurs règles. Elles trouveront alors des solutions alternatives comme des bouts de tissus, du papier journal… Ces méthodes sont peu efficaces, très incommodantes et les conditions d’hygiène nécessaires, combinées au manque d’accès aux sanitaires et à l’eau chaude, font largement défaut. Ne pas donner à ces femmes l’accès à l’hygiène menstruelle, c’est les priver de leur droit d’accès à la santé.

Et il ne suffit pas d’aller très loin pour être confronté à cette rélaité. A Liège aussi des femmes en situation de grande précarité, certaines sans domicile fixe, d’autres sans-papiers, n’ont pas accès à ces fournitures pourtant primordiales pour leur santé, tant physique que mentale, et indispensables au regard qu’elles portent sur elles-mêmes et à leur dignité.

Désormais les FPS de Liège se mobiliseront en organisant une récolte de serviettes et tampons hygiéniques. Vous souhaitez nous/les soutenir? Vos dons seront remis à des associations qui sont en contact direct avec ces femmes. (Voir lieux de dépôt ci-dessus)